Chargement...
Chargement...

Dossiers

Le créateur du Commissaire Montalbano nous a quitté

Andréa Camilleri, l'auteur des aventures du Commissaire Montalbano nous a quitté le 17 juillet 2019 à l'âge de 93 ans.

Sélection de livres

Vos polars de l'été !

LittératureRomans policiersPolicierPolar
Dans votre sac de plage ou votre valise, voici notre sélection de polars pour des vacances réussies...

Des polars à mourir de rire

LittératureRomans policiersHumourHumour noir
Une sélections de romans policiers rigolos, cyniques, absurdes, caustiques, déjantés, hilarants ... pour se marrer pendant l'été !

Des polars sous le cagnard

LittératureRomans policiersPolarPolicier
Sous la chaleur, les passions et tensions s'exacerbent ... jusqu'au drame ? Découvrez notre sélection de romans policiers caniculaires et ensoleillés, oh oui l'été sera chaud au rayon polar !

Célèbrons Simenon !

LittératureRomans policiersPolarAnniversaire
Omnibus vous offre des autocollants Simenon : affichons notre amour pour le grand auteur belge !
Le père de Maigret nous quittait il y a 30 ans, l'occasion pour les éditeurs de faire paraître à nouveau ses chefs d’œuvre, afin que jamais Simenon ne tombe dans l'oubli !
L'année commence fort avec les éditions Omnibus qui rééditent tout Maigret ( 10 volumes au total ), sous des couvertures signées Loustal, et préfacés d'amoureux de Simenon : Pierre Assouline mais aussi Franck Bouysse ou Philippe Claudel pour ces 3 premiers volumes sortis cette semaine.

L'année sera riche en événements et parutions, le rayon polar se fera un plaisir de vous les faire partager !

Affinez votre selection

Coups de coeur

De bonnes raisons de mourir

Romans policiersThrillerLittératureThriller
Frissons à Tchernobyl...
Tchernobyl. Dans ce no man's land, un homme est retrouvé sauvagement assassiné. Un oiseau empaillé, à proximité du corps. Signature du tueur ? Rapidement, l'enquête s'oriente vers une vengeance. 1986, le jour de l'explosion du réacteur 4 de la centrale, deux femmes sont découvertes lardées de coups de couteau. Piotr Léonski, le présumé suspect est le mari de l'une d'elles. L'autre est la femme d'un ex-ministre exilé en Russie. Celui-ci engage un flic pour retrouver Léonski et le tuer, lui promettant comme récompense de quoi soigner sa fille atteinte de surdité. Les deux enquêtes, aux motivations différentes, finiront par se rejoindre.
Après un très prometteur premier roman Trop de morts au pays des merveilles, Morgan Audic confirme son indéniable talent. De bonnes raisons de mourir irradie par la complexité de ses personnages et le remarquable travail de description de la zone de Tchernobyl. Un thriller passionnant de bout en bout, avec ses chausse-trappes et ses rebondissements, un vrai plaisir de lecture. Morgan Audic fait désormais partie de ces auteurs sur qui compter à l'avenir, dans la lignée de Jean-Christophe Grangé ou de Franck Thilliez.

Le diable en personne, Peter Farris

Romans policierscoup de coeurAmériqueProstitution
Effroyable et fulgurant.

Un trafiquant de prostituées envoie ses hommes en pleine forêt de Géorgie du Sud pour assassiner l’une d’entre elles, Maya, car elle en sait trop sur l'un de ses clients haut placé. Mais cette tentative a lieu sur les terres de Leonard Moye, un vieil excentrique qui les prend d’assaut et accueille la jeune fille sous son aile. Bien que consciente que le terrible Mexico enverra d'autres hommes pour la faire taire, Maya se rattache à l'espoir d'échapper enfin à son emprise grâce à la protection du mystérieux Léonard.

Ce roman noir profondément immersif impose une tension oppressante dès les premières pages et plonge son lecteur dans une sinistre et violente scène d'enlèvement. A l'inverse, la rencontre résultante entre Maya et Leonard, deux êtres rongés par la douleur et la colère, est pleine de grâce ; leur alliance donne lieu à une étonnante amitié qui fournit à Maya la force nécessaire pour affronter le danger qui la guette. Dans la sombre atmosphère de cette société gangrenée par la corruption, ces deux personnages représentent un espoir l’un pour l’autre et rendent ce thriller d'autant plus bouleversant et humain. Splendide !

Père et fille en cavale

Romans policiersLittératureEtats-unisRoman noir
Après le recueil de nouvelles "L'Amour et autre blessures", Jordan Harper passe haut la main l'épreuve du roman.
Une bonne surprise ne venant jamais seule, Actes Sud nous gâtent en ce mois de mars avec des parutions exceptionnelles: parmi elles, le premier roman de Jordan Harper que nous avons connu grâce au fabuleux recueil de nouvelles, L'Amour et autres blessures paru chez le même éditeur en 2017.

La Place du Mort, une intrigue finement travaillée, des personnages qui prennent de plus en plus d'épaisseur au fil des pages, une relation père-fille à la fois explosive et extrêmement touchante.
Lorsque Polly, 11 ans, se retrouve nez à nez avec son père à la sortie de l'école, elle pense immédiatement à une évasion: comment expliquer autrement sa présence hors des murs de la prison? Polly ne se trompe qu'à moitié: Nate a bien été libéré par le système judiciaire mais il est enfermé par un contrat mis sur sa tête ainsi que sur celle de son ex-femme et de Polly elle-même.

Commence alors une course contre la montre durant laquelle Polly passe du stade de chrysalide à celui de papillon, accompagnée par un Nate de plus en plus papa et de moins en moins taulard. Les deux sous le regard attentif de l'ours, ombre mutique de la jeune fille, blotti dans son sac à dos pour le meilleur et pour le pire.

Nos deux héros poussiéreux et vulnérables, traqués par une meute de suprématistes blancs, nous font passer par toutes les gammes d'émotions dans cette Amérique en noir et blanc gouvernée par la loi du Talion.
Gros coup de coeur!

Traduction par Clément Baude.

Comme des Lions à Bull Mountain

Romans policiersPolarAmériqueRoman noir
Enfin le retour du clan Burroughs!
En 2016 paraissait chez Actes Sud dans la collection Actes Noirs l'un des romans les plus applaudis par les libraires et par les lecteurs amateurs de Noir: Bull Mountain  (disponible aujourd'hui chez Babel)
Il s'agissait d'un premier roman comme les Américains savent faire: froid, sombre, poisseux, habité par des loubards méchants de père en fils, avec, au centre de l'intrigue, un affaire de péché originel et une histoire digne de Caïn et Abel.

Cette année, enfin! Actes Sud publient le retour du clan Burroughs et ce n'est pas trop tôt. La fin du premier opus est parfaite: elle a tout pour vous faire languir en attendant la suite. Et nous sommes servis: Clayton Burroughs, shérif contre nature, peine à se remettre après le tsunami qui avait balayé la montagne et sa famille, les Burroughs, dans Bull Mountain.


Rejeton d'une famille vivant dans l'illégalité et la violence depuis un siècle dans ce coin paumé de la Georgie, Clayton n'arrive toujours pas à trouver sa place dans l'éternel combat entre le Bien et le Mal. D'un côté de son corps désormais esquinté, sa femme, Kate et leur enfant - de l'autre, son sang et son héritage:

" Il sentit une espèce de vague de chaleur, inhabituelle, qu'il ne sut pas identifier tout de suite. Personne ne croit vraiment qu'il existe une chose plus importante que l'argent, ou même que l'amour, jusqu'à ce que vienne leur tour de présider la table - jusqu'à ce qu'ils fassent l'expérience du pouvoir. C'est ce que Clayton éprouva lorsqu'il s'assit sur cette chaise - une sensation de pouvoir. Mike ne put s'empêcher de sourire en le voyant ôter son chapeau et le poser sur la table comme si ç'avait toujours été sa place."

L'irruption dans le paysage d'un clan rival et particulièrement violent obligera Clayton à prendre une décision et, peut-être, se débarrasser de son héritage taché de sang. 

Mention spéciale à Kate, toujours aussi pugnace et impitoyable!

Traduit par l'excellente Laure Manceau.

Prodiges et miracles

LittératureRomans policiersRentrée littérairePolar
Décerné par la revue Transfuge, le prix du meilleur polar étranger attribué au roman de Joe Meno est une véritable pépite de la rentrée !

Au fin fond de l’Indiana, « dans une ville flétrie qui se fane, tourmentée par une lumière poussiéreuse »,  Jim Falls, veuf de 71 ans garde le temps de l’été son petit-fils Quentin, 16 ans, un adolescent proche de l’enfant sur le plan émotionnel et qui préfère sniffer de la colle, se réfugier dans ses jeux vidéo ou s’imaginer dresseur de reptiles, pour oublier que sa mère (Deirdre, l’unique fille de Jim, et junkie) l’a abandonné dans cette ferme où élever des poulets s’avère de moins en moins rentable. Alors qu’aucun avenir ne semble promis à ces êtres qui ne savent communiquer, une apparition va déchirer leur ciel assombri sous la forme d’une sublime jument de course blanche, fruit d’un héritage providentiel. L’irruption de la beauté et de la douceur qui porte un nom masculin biblique (Jean le Baptiste) attendrit peu à peu Jim, ravi de la complicité avec la créature à « l’encolure laiteuse » qui, grâce à « sa posture à la fois intimidante et protectrice » réussit également à amadouer Quentin. Le rêve d’une vie commune et nouvelle va pourtant tourner court car cette acquisition suscite la convoitise de deux frères aussi paumés que fous dangereux qui blessent Jim d’un coup de pistolet avant de s’enfuir avec l’animal, mais aussi de Rick qui a promis de ramener à son patron à la fois le cheval et sa fille Rylee qui a fugué.  Tous ignorent la farouche détermination de ce gamin viscéralement attaché à sa nouvelle « amie » et de son grand-père, ancien policier militaire en pleine guerre de Corée, bien loin d’avoir dit leur dernier mot.

Le western évolue alors vers un « road trip » qu’affectionnent les écrivains américains, ici pour raconter l’inaltérable croisade de ce duo traversant à bord de leur pick-up des paysages désolés, et prêts à tout pour récupérer leur seule alliée en ce monde. Comme dans tout voyage initiatique, le vieil homme s’ouvre à son petit-fils, confesse ses anciens faits d’armes dans les années 50 parmi la brigade des mœurs à Chuncheon, et, en lui enseignant comment se défendre à son tour contre le mal, tous deux apprennent à s’apprivoiser. Dans une vengeance aux multiples rebondissements, la jument symbolise le lien fragile et infini entre la nature et les hommes, ainsi que la sauvage liberté à laquelle tous aspirent. Cette « unique chose dont dépend notre salut » qui n’est pas sans évoquer au lecteur la baleine Moby-Dick (spectre qui hante le capitaine Achab dans le roman éponyme de Melville)  figure, selon le titre de ce deuxième roman impeccablement traduit par l’équipe des éditions Agullo après Le blues de la Harpie, la promesse d’un bonheur perdu et d’un sens à retrouver, une « pure merveille » bien plus étincelante que noire...

Tout cela je te le donnerai - Dolores Redondo

LittératureRomans policiersAmourPolicier
Cinq ans après le succès mondial de sa trilogie policière du Baztán mettant en scène l’inspectrice Amaia Salazar au cœur des légendes ancestrales de son Pays basque natal, le nouveau roman de Dolores Redondo couronné du prestigieux prix Planeta (équivalent espagnol de notre Goncourt) nous plonge ...
Alors que Manuel Ortigosa est en train d’achever son prochain roman dans le confort de son appartement madrilène, la police vient l’interrompre pour lui annoncer l’impensable : son mari Álvaro, en déplacement professionnel depuis quelques jours, vient de mourir dans un accident de la route près de Lugo, bien loin de là où il était censé se trouver. L’univers de Manuel s’effondre encore davantage quand le mensonge s’avère concerner jusqu’à la véritable identité de l’homme dont « le corps était sa patrie » depuis quinze ans. En même temps que sa disparition, Manuel apprend qu’Álvaro est le marquis de Santo Tomé, descendant des Muñiz de Dávila, illustre lignée de la noblesse galicienne auprès de laquelle il avait apparemment renoué contact et qui laisse ce mari héritier d’une fortune et d’un titre qu'il ne veut assumer. Terriblement blessé par son amour trahi, Manuel va devoir faire connaissance avec une belle-famille recluse dans son luxueux pazo autour de la mère d’Álvaro, matriarche revêche gardienne de valeurs et de traditions obsolètes. Ce mystère des origines a-t-il un lien avec la mort suspecte d’Álvaro dont le corps a été retrouvé blessé par arme blanche avant de quitter la route ? Aidé de Nogueira, un policier officiellement à la retraite peu ouvert d’esprit, ainsi que de Lucas, l’ami d’enfance d’Álvaro devenu prêtre, Manuel va mener l’enquête sur le double visage de son époux, tentant d’écarter les brumes épaisses du mensonge, à l’image de l’ « orballo », cette bruine locale nimbant les êtres et la nature d’une atmosphère ensorcelante.
Tout à la fois quête des origines et du sens du devoir envers sa famille, mais aussi réflexion sur l’écriture tour à tour baume de vérité et « acide virulent », ce captivant roman d’amour plein de suspense nous confirme la place de Dolores Redondo parmi les grands noms de la littérature.
Retrouvez en vidéo l’entretien et le reportage en immersion de votre libraire partie le mois dernier à la rencontre de l’auteur que nous tenons à remercier chaleureusement ainsi que son éditeur Fleuve pour la découverte des lieux magiques de la Ribeira sacra (non loin de Saint-Jacques-de-Compostelle) qui l’ont inspiré pour écrire Tout cela je te le donnerai, telle une promesse tenue à chacun de ses lecteurs…

Romans policiers

Chargement...

Nos Articles

LUCA, la lumière qui attire les ombres

Après neuf ans (depuis "Le syndrome [E]" ) et sept enquêtes qui leur a fait côtoyer le pire et les a rapprochés de plus en plus de leurs nombreux lecteurs, le retour du plus célèbre couple de flics, Franck Sharko et Lucie Hennebelle, est à la hauteur du plaisir de plonger de nouveau dans leur cro...